vendredi, janvier 25, 2008

Larry Bélanger ou le cri de révolte du Héron Bleu (hommage à l'un des nôtres)

UNION METISSE EST-OUEST
LARRY BELANGER OU LE CRI DE REVOLTE DU HERON BLEU

par Ismène Toussaint

« Nous sommes un peuple ou nous ne le sommes pas. Et si nous sommes un peuple, qu’on nous reconnaisse d’abord ! »– Russel Bouchard

Chef métis de Rivière-Verte (Nouveau Brunswick), Père de l’Union métisse Est-Ouest dans sa province et chef spirituel du groupe artistique L’Oeil culturel autochtone, Lawrence, dit « Larry », Bélanger, a toujours souffert de ne pas pouvoir s’exprimer dans un média. Par conséquent, je suis heureuse de lui offrir aujourd’hui cette tribune.

D’ascendance irlandaise, Malécite par son père (Nation Madawaska)et Micmac par sa mère, ce Métis de langue française a vécu dans la réserve de Saint-Basile (Etat du Maine) avant de s’établir au Québec puis au Nouveau-Brunswick. Animateur d’événements autochtones, c’est surtout un artisan ébéniste et un sculpteur œuvrant dans le plus pur esprit de ses ancêtres Premières Nations : « Depuis l’enfance, je fabrique des bijoux, des capteurs de rêves, des porte-bonheur, des paniers et des couteaux, explique-t-il fièrement. Les matériaux que j’utilise sont l’écorce de pin, le cèdre, le cuir, les os d’animaux, les plumes, les billes de bois ou de métal, jamais de perles en plastiques qui sont réservées à l’artisanat de pacotille. Depuis 1969, je sculpte essentiellement le bois et la pierre à savon ou stéatite : des personnages, des têtes d’Indiens en relief des animaux, des paysages ; je crée aussi des tableaux sur du cuir repoussé, du plomb et du plâtre naturel ou peint en respectant les couleurs de la nature et des créatures. Mais je ne confectionne que sur commande des régalias ou atours de cérémonie, des vêtements, des mocassins et des tambours car la préparation et le tannage du cuir exigent un grand investissement de temps : il faut laisser la peau de l’orignal, de l’élan ou du chevreuil tremper vingt-et-un jours dans une solution puis enlever le poil, la chair, le gras, jusqu’à ce qu’on parvienne à la peau crue, la babiche. A partir de là, je fabrique le cuir que j’enduis de cervelle d’animal, comme d’une huile, ce qui le rend plus souple et lui permet de conserver sa couleur. »

Dans ces jeunes Malécites et Micmacs auxquels il a vainement tenté de transmettre son art et qui se révèlent « davantage intéressés par le Nintendo et la drogue », Larry Bélanger voit le symbole d’une culture authentique déracinée comme un grand arbre par le spectre de la mondialisation : « Notre spiritualité, nos coutumes et nos traditions se meurent, confie-t-il d’une voix triste mais nullement résignée, il n’y a même plus de gardien de la pipe chez les Malécites et seuls les anciens parlent encore notre langue… Ici, l’argent est roi : les gens des réserves sont achetés, manipulés, dupés par les discours des gouvernements qui entretiennent les discordes entre autochtones pour imposer leur loi. D’ailleurs, ici, le gouvernement n’est rien d’autre qu’un cartel qui possède 80 % du pays, ne paie pas d’impôts et contrôle tout. On achète les maisons des autochtones à n’importe quel prix en leur faisant croire qu’ils sont gagnants et on les démolit comme des nids de hérons, on vend les terrains des réserves qui rapetissent de jour en jour : au moins, dans les siècles passés, nos aïeux pouvaient encore chasser et pêcher ! J’ai souvent dénoncé ces faits mais on m’a traité de révolutionnaire et prié de me taire par crainte des représailles. »

Poursuivant sa diatribe, notre interviewé expose la situation des Métis de l’Est, assurément l’une des plus douloureuses qui perdure au pays : « Il a fallu attendre cinq générations avant de prendre conscience de son identité, d’oser s’affirmer comme Métis et de s’interroger sur son devenir, déclare-t-il. Il y a longtemps que j’essaie d’aider les miens mais à la moindre velléité de rapprochement ou de ralliement, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour nous mettre des bâtons dans les roues, acheter les leaders, vendre de fausses cartes d’identité métisse ou proclamer qu’il n’y a pas de Métis au Nouveau-Brunswick. L’Union métisse Est-Ouest que vous avez fondée avec Gabriel Dufault (1), Raymond Cyr, Archie Marin et d’autres – et là, je lève mon chapeau parce que ce n’était pas évident – nous a apporté un espoir, une dignité, une direction tant humaine que politique et culturelle : je suis fier d’en avoir été nommé l’un des Pères. »

Finalement, c’est tout le processus auquel les pouvoirs publics astreignent le peuple métis pour se faire reconnaître, que le leader remet en question : « Certes, les Métis sont reconnus dans la Constitution, sur le papier mais pas dans les faits, précise t-il. Il faut que chaque communauté ou nation métisse se fasse identifier au niveau provincial puis fédéral et cette démarche demande au minimum… dix ans ! Il faut qu’un ou plusieurs Métis se fassent prendre à chasser ou à pêcher en dehors des périodes et des lieux réglementaires : cela a-t-il de l’allure ? Il faut prouver qu’on appartient à une communauté historique : or, dans les Maritimes, la seule qui existe est celle que Pierre Lejeune avait fondée en 1622 en Nouvelle-Ecosse. Il y en a eu d’autres, bien-sûr, mais elles n’ont jamais été officielles et on nous oblige à courir après des papiers imaginaires, alors que notre culture est avant tout fondée sur la mémoire et la tradition orale. Par ailleurs, les avocats n’acceptent de défendre que les Indiens statués par la loi de 1867. Quant aux Blancs, ils nous méprisent, même si nombre d’entre eux ont du sang autochtone. Aussi vous comprenez que beaucoup de Métis préfèrent vivre sur les réserves avec les Premières Nations quoique celles-ci ne les acceptent pas non plus. Quand tu es Métis, tu es du mauvais côté de la médaille mais je me battrai jusqu’à la fin. Jusqu’à la fin, j’exhorterai les Métis ainsi que les Premières Nations à sortir des réserves et comme l’écrivait Louis Riel, à proclamer haut et fort que les terres, les bois, les eaux leur appartiennent, sous peine de demeurer à jamais les marionnettes des gouvernements et des profiteurs… »

Ismène Toussaint
Auteure et lien-fondateur de l’Union métisse Est-Ouest


(1) A signaler qu’après plusieurs années de bons et loyaux services, l’auteure des présentes lignes avait démissionné de l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM), présidée par M. Gabriel Dufault, « pour des raisons de divergences d’opinions et d’objectifs », (lettre au président du 18 mai 2007) ainsi que de sa communauté d’adoption au Québec. Elle est toujours membre de l’Union métisse Est-Ouest et à l’automne 2007, a été nommée membre honorifique du Comité des Métis-à-Riel (siège social : Montréal) ainsi que de deux communautés métisses au Manitoba et en Alberta (note d’Eric Cartier, communicateur).

Texte tiré de : De : La Presse québécoise, avril et décembre 2007

15 commentaires:

Anonyme a dit...

Bonjour, je suis citoyen français et je fais des recherches sur des membres de ma famille ayant quitté la France pour le Nouveau Monde il y a deux siècles(1792) et je viens de découvrir qu'un de mes ancêtres, Alexandre Lavilotte, était un métis d'européen et d'autochtone du Nord de l'Alberta.

Il faut savoir que les Lavilotte sont originaires d'un lieu très précis du Sud Ouest de la France, le Périgord Vert et le Sud du Limousin (Nontron, Saint-Pardoux-la-Rivière, Thiviers) c'est à dire d'un lieu en terre d'Oc, et donc eux-aussi étaient déjà culturellement des minoritaires.
Il y a un adage qui dit que "les minorités (plus ou moins opprimées) s'attirent".
C'est donc vrai.
Alors si un Lavilotte parti de son village de Saint Saud Lacoussière en Périgord parvint aux Amériques , remontant jusqu'au Canada en se mêlant aux populations autochtones pour y devenir citoyen d'une nouvelle nation et qui plus est métis du Canada je peux dire que je suis bénis et fier d'un aussi long parcours.
Occitanie et Boréalie c'est un peu un même combat d'une certaine manière.

Et puis il ya pas mal de points communs entre mon coin d'Occitanie et cette Boréalie métis, un sentiment de révolte, une culture de résitance certaine et un même goût pour la musique traditionnelle (violoneux du Limousin, violoneux de la nation métis du Canada par exemple).

Russel-Aurore Bouchard a dit...

Félicitations !
Votre ancêtre était donc un « immigrant », dans le sens révolutionnaire du terme. En 1792, un botaniste français réputé, le premier de l'histoire du Saguenay, est venu faire une excursion scientifique chez nous. Il s'agit d'André Michaux. Peut-être que votre ancêtre faisait partie de ce voyage ?

Ce serait quand même superbe qu'un Français de cette expédition très florale ait polennisé une fleur Indienne de chez nous...

Vive la France !

Russel-A. Bouchard

babycats a dit...

j aimerais savoir comment je pourrais entrer en contacte avec m.larry belanger car je suis a la recherche de membres de ma famille et je crois qu il en fait parti

merci de donner suite a cette demande

T.Belanger

Tina bélanger a dit...

bonjour Mr Russel-A. Bouchard , je suis la fille de Mr larry bélanger et j'aimerais bien que vous m'aider a le rencotrer car je l'ai pas vue depuis 36ans, merci et bonne journée

DINO Bélanger a dit...

nous sommes aussi a la recherche de larry ou lawrence Bélanger pere biologique de Dino bélanger tina bélanger et angela bélanger (nom de la mere dianne valériote)s.v.p communiquer avec moi pour tout renseignement.Dino 450 438-0768

Anonyme a dit...

merci de ne pas me donner dino fais tes choix et laisse moi faire les miens

Anonyme a dit...

merci de ne pas me donner dino fais tes choix et laisse moi faire les miens

Anonyme a dit...

Si ont en croit certains membres de sa famille très très élagie il serait mourant en fait depuis près de trois ans !!! Je savais pas que les Hérons bleu étaient apparenter aux phénix(Il renait de ses propres cendres)!!!...

Anonyme a dit...

l'ile verte au nouveau-brunswick voila ou il est

Anonyme a dit...

oups desoler riviere verte au nouveau-brunswick

Katy Bélanger a dit...

Je suis Katy Bélanger fille de Larry et je me permet de dire que certaines informations contenu dans cet article son fausse de la part de l'auteure...

Celine(conjointe de Larry B.) a dit...

Bonjour Ismene,on se connait pour s'etre rencontré chez moi,voila:de quel droit publis tu toutes ces choses sur cet homme,en plus se sont des informations érronées,et quand as tu fais un entrevue avec lui sans ma présence?Pourquoi le nommé"grand héron bleu"....allo....Avec des infos de ce genre,on se demande pourquoi les métis du Canada ont autant de misere,Continus d'ecrire sur Louis Riel il ne peut rien dire LUI....Et gardes tes infos emplifiées pour toi,merci de m'avoir lu.

Carmen Frigon a dit...

Bonjours, je suis probablement moi aussi la première fille de Larry Belanger. Je suis née a Montréal a la miséricorde, le nom de ma mère était Ginette Hebert. Je vous salut vous tous les autres enfants de Larry car nous somme 7 mais je ne connait pas vos nom sauf celui qui me suit André et que j'ai eu la chance de voir une ou deux fois il y a de cela deja 28 ans nous avont 11 mois de diférence. Si je suis bien la personne que je pence j'aimerai bien avoir des nouvelle de ca femme a l'adresse suivante. carmenfrigon@gmail.com

Anonyme a dit...

non pas 7 mais plutot 9 baptiser ou ayant deja porter son nom

Carmen Frigon a dit...

Annonyme tu devrais reverifier tes dires je n'ai jamais ete baptiser du non de Belanger. Mon nom a la naissance etait Marie Claire Landry. Mon pere a ete reconu par ma mere comme etant Lawrence Bélanger dit Larry.