dimanche, août 26, 2007

La Réserve québécoise

Depuis des années maintenant, certains parmi nous tels Me Ghislain Lebel, Russel Bouchard, historien, Bruno Deshaies, le Colonel Sauvé et moi-même (relire dans les archives de Vigile quelques-uns de mes textes) avons dénoncé publiquement la partition du Québec par ceux-là même qui devaient protéger l'intégrité de notre territoire. Comme la plupart des lecteurs de Vigile étaient tout à fait dévoués au « parti », ou sous influence, tous sont demeurés religieusement et béatement silencieux à ce sujet. Certains se sont même permis de nous qualifier de fédéralistes et dans certains cas de semi-rouges, de sauvages puisque M. Bouchard et moi-même étions Métis.

L'entente sur l'Approche commune toujours en attente de signature n'est qu'une stratégie secondaire dans le plan fédéral d'enclaver le Québec, et ce qui en reste, dans une Réserve. Cette partition va bon train avec l'approbation des deux chefs pseudo-souverainistes au sujet du Nunavik et du Labrador. Rappelez-vous que c'est Bernard Landry lui-même qui faisait la promotion de la partition sous prétexte de justice et qui a été reprise par Jean Charest. Je rappellerai ici pour tous ceux qui se sentent coupables que ce ne sont par les descendants de Français et les Métis qui ont enclavé les Indiens dans des Réserves, mais bien le gouvernement fédéral de qui relèvent les Indiens depuis la conquête et particulièrement depuis la fausse confédération canadienne.

Me Ghislain Lebel a parlé de boîte de pandore, M. Russel Bouchard a fait la défense de l'identité canadienne-française et métisse, et moi-même j'ai parlé d'indépendance virtuelle. Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

À tous ceux qui me demandent maintenant de reprendre le bâton du pélerin à ce sujet, je leur demanderai plutôt : Qu'avez-vous fait? Qu'avez-vous dit? Qu'avez-vous défendu? Sur quel territoire voulez-vous faire votre indépendance pour déposer la nouvelle langue québécoise, la langue bilingue ou la langue du barbare et votre culture québéco-anglo-américaine? Avez-vous fait le choix de devenir comme les Acadiens, un peuple sans terre? De quelle République parlez-vous? De la République montréalaise? Que deviendrez-vous lorsque le Québec français aura été totalement enclavé? Le futur développement économique dans les prochaines décennies ne se fera plus au sud, mais bien par le nord, soit le passage du nord-ouest. Que direz-vous? Quel pouvoir aurez-vous?

Vous avez accepté depuis des années maintenant de vivre dans une Réserve québécoise. Et le territoire du Nunavik qui sera sans doute rattaché éventuellement au Nunavut canadien de Jean Chrétien ne fait plus partie de votre patrimoine territorial. Le cas du Labrador est réglé et n'allez pas me dire que nos braves politiciens auront le courage dans un utopique Québec indépendant de réclamer ce territoire qui appartenait à tous les Québécois. Quant au Nitassinan, soit 45% du territoire québécois, n'eût été la sagacité des sauvages, des semi-rouges, le traité serait signé depuis belle lurette.

Regardez bien la peau de chagrin québécoise et tirez vos propres conclusions.


Marie-Mance Vallée

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Bonjour!

A mon humble avis la protection du patrimone territorial québécois passe par l'épanouissement du peuple Métis.
Tant qu'au fédéral il a avantage à faire du Québec "un territoire partionner":du coup il règle ses problèmes historiques c'est-à-dire satisfaire les bandes amérindiennes
avec leurs revendications et l'indépendance du Québec...quel peuple voudrais d'une indépendance sans territoire et ressources.
Tant qu'au gouvernement québécois il ne voudrat jamais consentir à reconnaitre les Métis au Québec et
se priver du territoire et de l'accès aux ressourses qu'il lui reste.
Mais le problème le plus important à mon avis c'est la division du peuple Métis sur l'ensemble de la province du Québec,chacun dans son coin de province y allant de ses combats et priorités (si légitime soit-il) mais toujours diviser par différent(groupe,alliance,corporation,
confédération,association, communautées) mais toujours diviser
politiquement entre Nous Métis.
Je crois qu'il est là le coeur du
problème.Tant que tout les Métis ne seront pas unit sous une seule grande Nation Métis de la province du Québec,
avec une représentativité pan-provinciale et fédérale comment voulez-vous négocier de Nation à Nation,à moin que tout les chefs métis des différentes communautées et regroupement ou organisation décident de s'assoir et d'élaborer une seule grande Nation métis pour
le bien commun de tout les Métis.
Merci.

Marie Mance Vallée a dit...

Je crois comme vous que l'avenir doit passer par les Métis. Des milliers de Québécois sont métis, ne nous le cachons pas, et surtout faisons-le savoir.

En effet la partition du territoire n'avantagera que le fédéral. Il sait très bien ce qu'il fait.

Je ne crois pas non plus qu'un Québec indépendant voudra reconnaître les Métis. Il aurait trop à perdre puisqu'il est lui-même en situation de survie.

Je suis désolée, mais je ne suis pas au courant de ces divisions. Je sais que la resurgence des Métis est assez récente et j'espère qu'elle saura faire les choses différemment.

Il est à souhaiter que tous les Métis du Québec apprennent à vivre sous le même toit, sinon nous ne ferons que le jeu de nos ennemis. Et ils sont nombreux.

Anonyme a dit...

Bonsoir Mme Vallée

D'accord avec vous.Se que je voulait dire par la division des Métis au Québec,c'est qu'il résulte
dans le fractionnement du(membership Métis) en différentes organisations et communautées non
unit en une grande Nation forte de corps de coeur et d'esprit.
Le problème c'est que les Métis sont membre de diverses organisations et
de communautées indépendantes les une des autres travaillant chacune pour Elles.Est-ce normal une tel multiplication de représentativité ex: L'aaq,la corporation des métis,
la cpaq,la nation métis du québec aussi les communautées de la boréalie,l'esrie,les voyageurs, rivière Bleu(l'est du Canada) et les autres que j'ignore.
La question que je pose, depuis POWLEY...Est-ce-que tout ces gens
ou dirigants travaillent ensemble à
batir une(Grande Nation Métis) sur
le territoire de la province de Québec avec des Communautées unis
sous un même drapeau et se dotant
d'une représentativité pan-national
que provincial,dont tout les Métis
égaux auront eux-même choisit les
représentants via une grande assemblé extraordinaire avec une orientation politiquement commune.
Je crois que la cause Métis est à la croisé des chemins et je crois que tout les Métis des différentes
régions n'auront d'autre choix dans
un avenir proche de S'UNIR et être
UNE GRANDE NATION.N'est-ce-pas ce que Louis Riel aurait souhaiter à
une autre époque,alors qu'attendont
nous au Québec.Qui ferat les premiers pas parmit tout c'est chefs,communautées et organismes.
Merci.

Anonyme a dit...

Je crois que la Nation Métis au Québec est celle qui peut le mieux représenter la cause des Métis. De plus elle se trouve en différents clans familiaux Métis (communautés de Métis) à travers le Québec.