lundi, septembre 03, 2012

Inauguration du monument Riel, à l'Île Dupas


Dévoilement de la plaque monumentale gravée en l'honneur de Louis Riel.

Dimanche, 2 septembre 2012, à l'Île Dupas (une des nombreuses petites îles de l'archipel de Sorel, bien calée dans le Saint-Laurent, à mi-chemin entre Québec et Montréal), a eu lieu la cérémonie de dévoilement du monument érigé en l'honneur de Louis Riel et de ses ancêtres. Ce fut une belle et impressionnante rencontre métisse,organisée et présidée par le Métis Claude Samson, parrain du projet. Il faut prendre le temps de féliciter et remercier ce dernier pour cette formidable réussite qui honore la fierté métisse au Québec et au Canada.

Comme il fallait s'y attendre, la journée a été riche en émotions de toutes sortes. De multiples acteurs et actrices, associés (ées) de longue date dans la lutte incessante que mènent les Métis du Québec pour la reconnaissance de leurs droits et de la place qu'ils tiennent dans l'histoire de l'Amérique du Nord, ont prononcé des discours à la fois touchants et admirables. Outre Claude Samson et Lyne Beaudry, président et vice-présidente de la Nation Métisse Contemporaine, il faut souligner, parmi les invités de marque, la présence de Richard Blackwolf (Canadian Aboriginal Veterans and Service Members Association), Robert Lalonde (poète Métis) Jean Jolicoeur et Stéphane Roy de l'Union métisse Est-Ouest, Ismène Toussaint et Russel-Aurore Bouchard (auteures métisses).

Le texte qui suit reproduit notamment l'allocution présentée à la fin de la cérémonie par Ismène Toussaint, une des invité(es) d'honneur. À sa manière, cette Métisse d'exception a beaucoup fait pour son peuple qu'elle enrichit de ses publications impressionnantes consacrées à Louis Riel, qui a payé de sa vie la lutte menée pour la Liberté et la dignité humaine en terre canadienne. Les Métis ont intérêt à se rappeler que nous n'avons que les droits que nous gagnerons en vertu de l'histoire que nous nous approprions et que nous assumons...

Russel Bouchard
Lien de Mémoire du Peuple Métis de la Boréalie Québécoise
et de l'Union métisse Est-ouest.

Le père du projet du monument Riel à l'Île Dupas, Claude Samson.

2 Septembre 2012
Monsieur le Maire de La Visitation-de-L'Île-Dupas,
Monsieur le Président-chef de Nation Métis Contemporaine,
Mesdames et Messieurs les officiels et les représentants Autochtones,
Chers amis Métis,
La boucle est bouclée. La boucle que forme le symbole de l'Infini, notre 8 métis, se referme avec le retour de Louis Riel au pays de ses ancêtres paternels, la Lanaudière. Mais comme toujours elle se rouvre, cette fois avec l'espoir de la reconnaissance identitaire des Métis du Québec, afin que plus un seul d'entre eux ne soit « un fantôme dans sa propre patrie », comme me l'écrivait tristement il y a quelques jours un artiste métis de Gatineau, dans l'Outaouais.
Le 21 janvier 1704, en s'unissant en l'église de La Visitation-de-l'Île-Dupas, dans ce village même, sans doute le soldat Jean-Baptiste Riel, dit « L'Irlande », et Marie-Louise Coutu ignoraient-ils qu'ils allaient tisser une lignée d'hommes exceptionnels :
- Jean-Baptiste Riel fils, né à Berthier-en-Haut (futur Berthierville), à quelques kilomètres d'ici, coureur de bois, marchand de fourrures, éternel aventurier. Sillonnant les rivières du continent, les veines de notre Île de la Tortue, il sera l'un des pionniers qui ouvriront la voie de l'Ouest et l'un des bâtisseurs de la Nation Métisse, en épousant la fille d'un chef Chippewyan, Marguerite Boucher, à l'Île-à-la-Crosse, en Saskatchewan.
- Jean-Louis Riel, plus connu sous le nom de « Louis Riel père », né à l'Île-à-la-Crosse mais qui remontera le courant emprunté par son aïeul pour retrouver ses racines : Berthier-en-Haut. L'un des Patriotes de 1837, cardeur de laine, voyageur, commerçant de fourrures puis meunier, il repartira ensuite planter les moulins de la liberté dans la colonie de la rivière Rouge, patrie de sa femme Julie Lagimodière : les Métis lui devront notamment le rétablissement du droit de commercer avec les Américains, que la Compagnie de la Baie d'Hudson leur avait ôté.
- Enfin, Louis Riel, né à Saint-Boniface, dans la colonie de la rivière Rouge, en qui s'incarnèrent les esprits du bison, de l'aigle, de l'ours et du loup. Homme aux multiples vies, il mettra les lumières de l'éducation qu'il aura reçue au Québec au service de la défense des droits juridiques, territoriaux et linguistiques des Métis de l'Ouest. Clerc d'avocat, militant, poète, fondateur du Manitoba, président d'un gouvernement provisoire et leader intellectuel de deux mouvements de résistance au gouvernement fédéral (en 1870 et 1885), il paiera de son existence même la malédiction d'être Métis au sein d'un régime colonial implacable, qui plus est, un Métis instruit.
Visionnaire, il écrivait ceci peu de temps avant sa mort sur ses compatriotes du Québec, qu'il savait enfermés dans des réserves ou cachés dans les bois pour fuir l'assimilation imposée depuis 1851 par l'Acte des Indiens : « Les Métis de l'Est ont les mêmes droits que les Métis de l'Ouest » ; « les Métis de l'Est doivent cesser de vivre méprisés sous le costume indien » ; et « je vois une danse de Premières Nations et de Métis allant de l'Est vers l'Ouest ». Ainsi anticipait-il leur grand réveil, qui devait survenir en 2005 d'une extrémité à l'autre du continent, au prix d'un long et patient travail de reconstruction familiale, psychologique, historique et culturelle, tout comme l'œuvre de libération que poursuivent leurs dirigeants actuels.
Si, depuis son assassinat politique, qui fut perpétré le 16 novembre 1885, Louis Riel est revenu sous plusieurs formes au Québec - des rues et une école qui portent son nom, des ouvrages, des créations artistiques et des vigiles patriotiques le célébrant, ou bien encore la fondation de notre Union métisse Est-Ouest dans le même esprit que le sien - c'est cependant la première fois, en ce 2 septembre 2012, qu'il lui est donné de graver dans la pierre son nom, sa mémoire, son histoire, et ce, pour l'éternité.
À celui en qui coule le sang des Riel et qui compte quelque vingt liens de parenté avec leur plus illustre représentant, M. Claude Samson, dit « Mahikan » (le Loup gris), président-chef de Nation Métis Contemporaine et de la communauté métisse de Lanaudière, il incombait de réaliser le rêve que le peuple métis et ses appuis caressaient depuis 132 ans : offrir un premier monument à Louis Riel au Québec. Aussi est-ce avec émotion et fierté que je lui apporte aujourd'hui les félicitations de ses homologues de la Nation Métisse : « la plus petite Nation du monde », comme la décrivait Riel, mais qui, telle une immense ceinture fléchée, se déroule du Labrador à la Colombie-Britannique et même jusqu'aux Territoires du Nord-Ouest, en ondulant à travers les Provinces Maritimes, le Pays-du-Québec, les Grands Lacs, les Prairies, berceau de sa fondation officielle par le Métis écossais Cuthbert Grant en 1816, et les Montagnes Rocheuses. En effet, par-delà les distances géographiques et quels que soient leurs différences de langues, d'opinions politiques, d'histoire et parfois de cultures, les porte-parole métis ont conscience d'appartenir à une seule et même Nation, et se reconnaissent un même père spirituel : Louis Riel.
Qu'il me soit aussi permis de remercier, au nom de la Nation Métisse, M. Maurice Désy, maire de la Visitation-de-l'Île-Dupas, d'accueillir Louis Riel avec cette simplicité rassurante et quasi paternelle dans le pays originel de la ceinture fléchée, dans ce village ancestral, sur cette île champêtre posée entre ciel et fleuve, entre vent et soleil, et d'ajouter par ce geste inédit et audacieux un chapitre à l'Histoire métisse. Après Saint-Boniface, cœur sacré des Métis, au Manitoba, après Batoche et Régina, théâtres de leur destruction et de leur renaissance, en Saskatchewan, nous souhaitons que La Visitation-de-l'Île-Dupas, au Québec, s'inscrive à son tour au patrimoine métis comme lieu de mémoire, de pèlerinage, de commémoration, mais aussi de ressourcement, de retrouvailles et de célébrations. En ce 2 septembre 2012, nous y invitent déjà les artistes, les artisans, les écrivains, dont Louis Riel avait annoncé qu'ils seraient, cent après lui, les nouveaux leaders de la Nation Métisse. Je vous remercie.

ISMÈNE TOUSSAINT
Métisse et auteure

9 commentaires:

Anonyme a dit...

C’est avec grande humilité, chaleur et respect que monsieur Claude Samson et son équipe nous ont accueilli.
De quoi être fier de notre grand Peuple.

Anonyme a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Anonyme a dit...

Il est regrettable que cette inauguration n'ait pas été davantage connue, nous sommes plusieurs a avoir voulu y assister, mais nous irons sans faute voir cette plaque dans un avenir prochain. Madame Toussaint a écrit pour l'occasion un texte fort intéressant. Mais permettez qu'on s'étonne un peu qu'une Bretonne puisse se déclarer Métisse et même qu'elle appose ce nom à sa signature, et plus encore qu'elle s'estime en droit de parler au nom de la nation métisse.

Russel Bouchard a dit...

Avec tout le respect que je vous dois, Madame Ismène Toussaient est aussi Métisse que vous et moi : elle a été adopté selon nos modes et coutumes, et elle nous honore à la fois de sa présence, de son engagement et de son intelligence.

Cela dit et cela étant, je ne perçois pas les choses comme vous ; le Peuple Métis est celui des rencontres entre deux civilisations et deux cultures. Cette histoire et ce mariage se perpétuent en chacun de nous...

Avec mon respects et l'expression de mon amitié,

Russel-Aurore Bouchard


Anonyme a dit...

Je suis entièrement d'accord avec vous Aurore. Je trouve regrettable que de "braves" anonymes jettent le discrédit sur les nôtres. Parce qu'avoir le courage de ses convictions, c'est avant tout avoir le courage de les signer de son propre nom.
Sur ce , mes respects à vous Aurore, Ismène et toutes les femmes qui savent si bien nous représenter.

Claude Samson a dit...

Je dois faire une mise au point, Ismène Toussaint est métisse d'adoption selon les règles de notre Nation et celles des Métisses. Elle a été assermentée par un juge et avec document à l’appuie. Elle à fait monter la vague métis, tout ceux qui depuis 10 ans se sont découvert des liens autochtone.

Ismène Toussaint est membre de la Nation Métis Contemporaine, et nous en sommes fier.

Oui nous avons eu une journée merveilleuse ce 2 septembre 2012. Mais cette journée avais des objectifs, nous les avons atteins et plus.é Maintenant les deux drapeaux flottent ensemble de chaque coté du monument. Ce n'est pas pour rien.

Vous savez que nous nous battons pour notre reconnaissance mais nous sommes toujours a la même place et si nous continuions comme cela alors nous allons disparaitre.

Il faut se rendre à l"évidence et les petit changements ou dite victoire ne servent en rien notre cause, la reconnaissance de notre peuple.


Plusieurs non pas pu assister à cette journée de 2 sept. 2012, elle lance un grand message . Je vous propose une rencontre oui à l'ile Dupas ce qui vous donnera une chance de voir le site. Le chemin pour avoir notre reconnaissance est tout près mais, de la façon dont sa fonctionne maintenant je peut vous certifier que jamais nous y arriverons.

Je connais un raccourci facile je vous propose de suivre une autre piste, commençons par nous rencontrer une fois sur la terre des métis Ile Dupas, choissisé la date et allons de l'avant.

Cela changera beaucoup de choses changera votre perception, donnons nous rendez-vous les chef métis et tous les métis désireux de participer à la marche sur la piste qui relira l'Est et l'Ouest.

Mahikan

Claude Samson a dit...

Kuei Kakou

Je m'excuse pour ce que je t'ai dis il y a eu erre4ur sur la personne. Accepte mes excuses car tout comme toi je ne comprenais rien. Excuse moi d'avoir douté de toi.

Mahikan

Anonyme a dit...

Kwe Claude,
Des imbroglios peuvent parfois arriver sur nos chemins. Tout est oublié. Continuez votre beau et bon travail de rassemblement, salutations aux Métis de Lanaudière et prenez soin de vous. ;-)

Yves kakou

Anonyme a dit...

Bonjour mes amis,

Quel événement que ce mémorial à Louis Riel dans ce berceau métisse de Sorel- L’Île du Pas ! Je tiens à féliciter tout les participants et organisateurs et particulièrement les gens de Nation Métisse Comtemporaine dont M.Claude Samson au premier chef. Merci à Mme Toussain pour son texte - magnifique spécimen de mise à jour historiographique.
J’ai raté cette magnifique journée par malchance. J’étais en route vers l’Île du Pas partant du Lac St-Jean ce 2 septembre mais mon véhicule a ‘cassé’ à la hauteur de Matawin. J’ai dû rebrousser chemin. Cela aurait été un grand plaisir et un honneur de partager et de rencontrer tous ces gens qui ont tant fait pour les Métis de l’est canadien.

À bientôt!
Richard Harvey
Clan Métis Piekuakamy